OPEN END 2

OPEN END 2
OPEN END 2

OPEN END 1

OPEN END 1
OPEN END 1

Open End et ses thèmes en quelques mots :

Open End est une installation artistique qui utilise le cimetière comme base de réflexion sur l’évolution de nos sociétés. L’art s’efface silencieusement des cimetières, vaincu par de nouvelles forces de production et de nouveaux rapports à la mort. Open End, qui voit dans le cimetière le miroir un peu brisé de notre temps, est particulièrement attaché à utiliser l’art dans sa vocation première, à savoir comme outil de questionnement. Ainsi Open End s’intéresse autant au passé et à la mémoire qu’au futur et aux phénomènes qui s’apprêtent à remodeler nos sociétés.

Le groupe DART, principalement constitué d’artistes et qui pilote les expositions Open End, abat donc les frontières entre les disciplines et invite régulièrement tous les acteurs susceptibles de nourrir les recherches sur les grands thèmes de demain à rejoindre ce laboratoire. Ainsi, outre le travail avec les artistes, des rencontres et des ateliers entre professionnels et écoles s’organisent autour des thèmes qui font l’actualité et qui sont les vecteurs de demain.

Après une première édition consacrée à revisiter les rituels (2016-2017), la seconde édition propose d’utiliser le cimetière pour parler du futur. Open End 2 tourne cette fois son regard sur la confrontation qui oppose les technologies énergivores à l’effondrement des ressources, et choisit le double thème de l’immortalité et de

l’environnement. Pour l’occasion les artistes ont conçu des œuvres expressément sur ces questions. Entre la fuite individuelle vers l’avant que cherche la science à offrir à nos corps et l’effort collectif imposé par le nécessaire refondement de nos rapports à la nature, les artistes ont dû se positionner. Au cœur de la course vers la modernité se heurtent ainsi des mouvements contradictoires. D’énormes investissements nourrissent les nouveaux secteurs ultra technologiques capables du mieux comme du pire. Tantôt chatouillant les travers de la nature humaine, entre avarice et angoisse de finitude, tantôt ouvrant de nouveaux horizons durables, le progrès est aussi le champ de tous les possibles. Ces révolutions vont dans tous les cas générer de nouvelles consciences. Se consacrer à soi-même ou à un effort solidaire dans un agenda aux allures de compte à rebours.

Dramatique ou positive, cette page passionnante de notre histoire qui est en train de s’écrire, l’art doit s’en saisir.

 

Pour DART

Vincent Du Bois